Contrat de cohabitation


Un jour, l’empereur Frédéric Barberousse offrit un beau cadeau à son fidèle disciple Rudolf : le château d’Eltz. Construit sur un éperon rocheux de l’Eifel, à seulement 5 kilomètres de la Moselle, le monument domine la vallée, tel un chevalier. En 1150, Rudolf von Eltz fut le premier à faire porter son nom au château, et le transmit à ses héritiers. Depuis 34 générations, la succession ne s’est jamais interrompue depuis le Moyen-Âge.

Pourtant, le château a manqué de s’effondrer. En 1268, la lignée des souverains se divise : les trois arrières petits-enfants de Rudolf revendiquent le domaine, mais au lieu de se battre, ils préfèrent établir un Burgfrieden (littéralement « paix au château »). C’est ainsi que s’appela le contrat que les héritiers ont négocié pour pouvoir vivre ensemble dans le château.

Ainsi, depuis ce jour, il y eut trois souverains de l’Eltz : Elias, dont la famille avait un lion d’or sur ses armoiries, Wilhelm, qui avait un lion d’argent sur son bouclier, et Theoderich, parfois appelé « celui aux cornes de buffle ». Les frères régnaient alors ensemble sur le rocher, et se partageaient les murs du château d’Eltz.

Aujourd’hui encore, il est possible de découvrir les bâtiments et les tours, et d’admirer la manière dont ils ont réussi à établir une alliance aussi durable. Au fil du temps, les trois lignées ont reçu un surnom relatif au château, que certaines de leurs épouses ont donné suite à leur mariage : ainsi, ceux qui avaient le lion d’or s’appelaient Eltz-Kempenich, ceux qui avaient le lion d’argent Eltz-Rübenach, et ceux qui avaient les cornes de buffle Eltz-Rodendorf. Les tours résidentielles du château portent encore aujourd’hui ces titres.

Château d’Eltz près de Wierschem, Eifel

Château d’Eltz près de Wierschem, Eifel

Lorsqu’il y avait besoin de discuter de quelque chose, les Kempenich, Rübenach et Rodendorf se réunissaient dans la Rittersaal (salle des chevaliers). Encore aujourd’hui, c’est la plus grande salle du château, imposante, avec une longue table, une armure, une cheminée et quelques symboles remarquables. Il est impossible de la manquer, même si les guides se concentrent sur le château, faisant voyager les jeunes et moins jeunes à une époque où l’on y parlait de sujets sérieux.

Le premier symbole est le Narrenmaske (masque du fou). Le bouffon de la cour avait le droit de tout dire, car il profitait de la Narrenfreiheit (liberté du bouffon). Et dans la Rittersaal, cette liberté s’appliquait à tous. Ouvertement, sans retenue, on mettait cartes sur table sur tous les sujets concernant les familles Eltz. Le deuxième symbole est la rose. Elle représente le secret : rien de ce qui était débattu dans la Rittersaal n’en sortait.

Lion d’argent sur un blason près du château d’Eltz, Eifel

Lion d’argent sur un blason (probablement celui des Eltz-Rübenach) près du château d’Eltz, Eifel

Intérieur du château d’Eltz, Eifel

Intérieur du château d’Eltz, Eifel

La paix qui régnait au château a duré des siècles. En cas de violation des règles établies, les conséquences étaient fermes. En plus de 500 ans, ce n’est arrivé qu’une seule fois qu’un membre de la famille en tue un autre : en 1372, Johann von Eltz, de la lignée des cornes de buffle, tua Heinrich, de la lignée du lion d’or. Hormis cet événement, les familles ont su cohabiter, défiant l’évêque de Trèves, avide de pouvoir, ainsi que tous leurs autres assaillants.

En 1815, la division du pouvoir prit fin. La famille Eltz-Kempenich avait déjà hérité des Rodendorf 30 ans plus tôt, et a finalement repris les biens des Rübenach. À nouveau, le château a été aux mains d’une seule famille, et rien n’a changé depuis ce jour.

C’est une histoire de famille, qui ne peut que surprendre les familles d’aujourd’hui. Fascinés, ils se laissent guider entre les murs du château d’Eltz qui, avec ses tours, ses trappes et ses salles d’armes, est une véritable source d’inspiration.

Plus d’activités dans l´Eifel pour les amateurs de culture:


Plus d'informations sur un séjour en Eifel

Découvrez tous les événements, les activités et autres destinations régionales en Eifel.

Manderscheider Burgen

Les forts de Manderscheid

Manderscheid Oberburg et Niederburg sont conservés en tant que ruines. Le "haut château fort", le plus vieux des deux, était la propriété de l'évêché de Trèves, le…
Burg Ramstein bei Kordel

Burg Ramstein - aktuell geschlossen

Kordel Emblème du Kylltal, le château remonte au temps des Princes électeurs à Trèves. Le château Ramstein (aujourd´hui ce n´est plus qu´une ruine) se trouve…
Schloss Bürresheim mit barocker Gartenanlage

Schloss Bürresheim palace

St. Johann Le château de Bürresheim n’a jamais été conquis ou endommagé dans les guerres et a été continuellement habité jusqu’en 1921. Ainsi, le développement…